Voyages

Pour l'enfant, amoureux de cartes et d'estampes,

L'univers est égal à son vaste appétit.
Ah ! que le monde est grand à la clarté des lampes !
Aux yeux du souvenir que le monde est petit !

Un matin nous partons, le cerveau plein de flamme,
Le cœur gros de rancune et de désirs amers,
Et nous allons, suivant le rythme de la lame,
Berçant notre infini sur le fini des mers :

Les uns, joyeux de fuir une patrie infâme ;
D'autres, l'horreur de leurs berceaux, et quelques-uns,
Astrologues noyés dans les yeux d'une femme,
La Circé tyrannique aux dangereux parfums.

Pour n'être pas changés en bêtes, ils s'enivrent
D'espace et de lumière et de cieux embrasés ;
La glace qui les mord, les soleils qui les cuivrent,
Effacent lentement la marque des baisers.

Mais les vrais voyageurs sont ceux-là seuls qui partent
Pour partir, cœurs légers, semblables aux ballons,
De leur fatalité jamais ils ne s'écartent,
Et, sans savoir pourquoi, disent toujours : Allons !

Ceux-là dont les désirs ont la forme des nues,
Et qui rêvent, ainsi qu'un conscrit le canon,
De vastes voluptés, changeantes, inconnues,
Et dont l'esprit humain n'a jamais su le nom !

Charles Baudelaire (Le Voyage, A Maxime Du Camp - Partie 1)

Canada 2017

Ce voyage est d'abord un rapprochement avec la nature sauvage où l'homme a peu modifié celle-ci, essentiellement à cause des conditions climatiques très rudes pendant plusieurs mois. L'essentiel de la concentration des populations humaines se trouvent dans les grandes villes. L'être humain vit sur cette partie du continent Nord-américain depuis 130'000 ans, selon la revue scientifique Nature.

L'objet de ce voyage est une immersion dans cette nature sauvage et y découvrir sa flore et sa faune. La découverte de la population locale fait aussi partie intégrante de ce voyage. 

Voir la page de ce voyage au Canada ici.

France - 2019

Après avoir voyagé dans pas mal d'endroits et souvent avec les moyens de locomotion les plus courants comme la randonnée pédestre, la voiture et l'avion, une occasion s'est présentée cette année pour voyager autrement. Voyager en avion est devenu très bon marché, trop bon marché au dépend de la pollution qui atteint des sommets très importants. Quant aux routes elles sont tellement encombrées en période estivale que qu'il est préférable de les éviter quand c'est possible, et la voiture thermiques sont toujours aussi polluantes. La randonnée est pour sûr la moins polluante mais elle limite non seulement la distance parcourue pour profiter des paysages et des lieux inconnus mais demande bien souvent de se rendre sur le lieu de voyage avec un autre moyen de locomotion plus polluant. Cette année, avec Valérie ma soeur, nous avons décidé de voyager autrement et pour le coup de rester en Europe. Le moyen de locomotion choisi n'a pas encore été utilisé par aucun de nous deux, le vélo. Nous nous sommes enfin décidé pour un itinéraire facile mais long...

Voir la page de ce voyage sur l'Eurovélo 6 ici.

Scroll to top